Montmartre Campus: Ou la guerre des clans... Forum Index
Montmartre Campus: Ou la guerre des clans...

 
FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 

 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Le temps d'un éther
 
Previous topic .::. Next topic  
Post new topic   Reply to topic    Montmartre Campus: Ou la guerre des clans... Forum Index >>> Extérieur du Campus >>> Les rues des alentours >>> Pub : les 3 diablotins

Author Message
Melvyn Grittersone
Rockeurs


Offline

Joined: 20 Sep 2008
Posts: 22
Localisation: Partout, et nulle part...
Euro(s): 8,388,607
Moyenne de points: 381,300.32

PostPosted: Mon 24 Nov - 23:19 (2008)    Post subject: Le temps d'un éther Reply with quote

MONTMARTRE CAMPUS. 17H59. SALLE 179. COURS DE LATIN.


C’était lent, terne, monotone, d’une qualité médiocre qui s’avérait des plus insoutenables.
Melvyn Grittersone se tenait en fond de salle ou se déroulait un cours de latin. D’ordinaire, cette matière, après la musicologie, passionnait notre jeune rockeur, qui se plongeait avec délectation dans l’apprentissage de cette langue morte. Enfin, c’était cela l’an passé... Car en cette année, le jeune Ecossais avait hérité d’un professeur ayant un humour comparable à un cachet d’aspirine (il en avait d’ailleurs le même bronzage.). Cet enseignant était également réputé pour être capable d’endormir par le son de sa voix, n’importes quelles choses dotées d’une conscience. Depuis donc le mois de Septembre, Melvyn subissait le latin plutôt que d’y prendre plaisir.


Le jeune homme se trouvait à la table du fond coté gauche, celle près de la fenêtre. Les jambes sur le pupitre, l’i-pod sur les oreilles, et le portable dans une main, Melvyn s’ennuyait. Il savait pertinemment que, placé ici, il passerait totalement inaperçu aux yeux de son enseignants, qui ne regardait que en face de lui. Grittersone avait donc était tranquille pendant les deux heures de cette interminable leçon. Il en avait profité pour chatter via sms, avec une jolie demoiselle qu’il avait rencontré trois jours plus tôt en boîte de nuit, et qu’il avait mise dans son lit la veille. Il lui avait proposé de le retrouver dans un petit pub des alentours : Les 3 diablotins, réputés pour son ambiance chaleureuse et agréable (et surtout sur les quantités d’alcool qu’ils pouvaient y vendre.). Ils avaient donc tout deux convenus de s’y retrouver vers dix-neuf heures trente, pour un début de soirée.
Melvyn consulta l’horloge de son i-phone : il allait sonner incessamment sous peu...


Driiiiiiiiiing...

Bien, Melvyn rangea ses affaires rapidement, se leva, et sortit de la salle en trainant derrière lui son sac. Il arpentait à présent les couloirs qui n’allaient pas tarder à se bonder de monde. Il portait un slim rouge « Grand Schtroumpf », accompagné d’un t-shirt blanc très moulant blanc sur lequel était représenté un vieux transistor en noir et blanc. Un veston noir et des converses assorties venaient compléter sa tenue, à laquelle se joignait un gros ceinturon de cuir sombre. De nombreux sifflements furent produits sur son passage, aussi bien chez les filles que chez les mecs. C’était un point que le jeune musicien avait remarqué depuis un certain temps. Beaucoup de garçons commençaient à s’intéresser à lui. Ils devenaient même plus nombreux que les filles du fan-club de Grittersone. L’exemple type était par excellence Mario Bartoliti, le prof d’EPS, qui semblait avoir visiblement flashé sur lui. Ce dernier se montrait même des plus grossiers envers le jeune homme issu d’un milieu assez convenable. Nombre de fois il s’était senti reluqué par son enseignant, nombre de fois il avait cru voir cet homme jeter un œil dans les vestiaires alors qu’il s’y changeait. Etait –il entrain de devenir un icône gay ? Il en avait peur...
C’est sur cette pensée que Melvyn quitta le bâtiment pour rejoindre l’internat, afin de s’y préparer...


PUB LES 3 DIABLOTINS. 23H30.

Elle n’était toujours pas là, la garce... Après tout tant pis, elle ne savait pas ce qu’elle louperait... Melvyn était assis au bar de ce pub irlandais qu’il affectionnait tant. Très connu des clients et du patron, surnommé « Le Ptiot », taquinerie par rapport à son jeune âge, le jeune homme s’y sentait très bien. Très bien même. Le patron, pour réconforter « le gamin » de s’être fait poser un lapin, lui offrit une tournée composée de vodka, de shoot, de tequila, d’éther, de whisky, d’absinthe... il lui offrit cette tournée environ trois fois. Autant dire que Melvyn était plus ou moins joyeux. Il se trouvait assis entre deux amis d’alcool : Serge, un ouvrier du bâtiment, et Paul, au chômage.
Il portait le même slim noir qu’évoqué plus tôt, mais avait remplacé son T-shirt par une chemise noire cintrée aux manches courtes qu’il avait déboutonnée au trois quart, révélant ainsi son torse parfaitement musclé et imberbe. Il portait également un chapelet noir, pour un coté provocant (en effet, Melvyn n’est pas croyant.).
Il fallait bien reconnaître que, même avec un sacré coup dans le pif, Melvyn restait très attirant. Surtout avec les joues légèrement rosies par l’alcool, les yeux pétillants, et le corps brillant d’une fine couche de sueur. Beaucoup d’hommes, ayant remarqués l’état plus ou moins second du jeune homme, en avaient profités pour tenter une approche. Grittersone, qui semblait y prendre goût (l’alcool ayant en très grande partie entraîné cela), avait donné son numéro à environ cinq personnes. A présent, tous chantaient en chœur des chansons Irlandaises issues de la culture populaire.
Cependant, le musicien ne se sentait pas très bien. Il fût soudainement prit de nausées. Il se leva et se dirigea vers les toilettes d’une démarche entre le titube ment et le déhanchement poussé à l’extrême.


Les toilettes semblaient vides. Grittersone s’approcha d’un robinet pour y faire couler de l’eau qu’il aspergea sur son visage, afin d’avoir les idées plus claires. Un bruit se fit entendre derrière lui, Melvyn observa dans le miroir : la porte d’une cabine venait de s’ouvrir. L’alcool embrumant encore un peu l’esprit de l’étudiant, il ne discernait pas le visage de l’inconnu. Il murmura cependant d’un ton enjôleur :

-Bonsoir.


Back to top
Publicité







PostPosted: Mon 24 Nov - 23:19 (2008)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Candice Woods
Bitches


Offline

Joined: 20 Sep 2008
Posts: 31
Localisation: Vaut mieux pas que tu saches
Euro(s): 540
Moyenne de points: 17.42

PostPosted: Sat 29 Nov - 22:06 (2008)    Post subject: Le temps d'un éther Reply with quote

</Font>
Candice se laissa tombé comme une grosse masse sur son lit et soupira. Il était 22h et elle se faisait encore plus chier qu’un rat crevé. Elle n’avait rien, que dalle, niet, nada à faire. Mini machin était parti quelque part d’inconnu, dans un endroit douteux à son image. Sur le plan devoir, la princesse anglaise avait jeté son dévolu tyrannique sur un petit truc à lunette, aux cheveux frisés, qui mets son gilet polaire façon camisole et qui s’éclate avec des calculettes tout en insultant un de ces ami. Ce petit nain à frison était aussi une tête pensante et Candice l’avait coincé dans un coin pour lui donner une pile de livres et une montagne de paperasses. Soit elle le jeté dans un le vestiaire des sportifs mâles dominants lorsqu’ils prenaient leurs douches avec un sublime écriteau «je suis une fillette » sur le front soit il lui faisait tout ses devoirs. Le choix avait été vite fait. Donc après ce petit moment histoire palpitante, nous résumerons par : les devoirs y’en avaient pas. 
 
Candice soupira de nouveau en regardant le plafond. Que faire… dormir ? Nan, trop tôt. Se taper la discut’ avec elle-même ? Non plus. Aller voir les hommes dans leurs chambres ? Nan trop sportifs…. Sortir ! Oui ! Mais pour aller où… Les boutiques étaient fermées et les boîtes ça branchaient pas trop miss Woods ce soir. Sortir pour juste se promener et peut être trouver un compagnon de jeu pour passer le temps. Et là toi lecteur tu vas te dire mais que va dire Ludovic ! Eh bah tu vois vu que Ludovic s’occupe pas de Candi’ ben elle va chercher du réconfort où elle peut ! Et comme elle a pas de soupe Royco ben elle choisi un autre moyen ! Enfin bref, ça te plait pas c’est pareil et revenons en à notre histoire si passionnante (oui c’est bon hein, j’ai le droit de rêver).  
 
La jeune femme se prépara donc et sorti de sa chambre une vingtaine de minutes plus tard. Robe rose, talons hauts, coiffure sobre mais terriblement sexy associé au reste. Elle mis une dizaines de minutes pour sortir du lycée et se retrouva dans la rue. Bon choix crucial : on part à gauche ou à droite ? Soyons fou, à droite vers les rues les plus animées. Elle arpentait les rues, cherchant un petit café calme où flirter avec un bel apollon tout en sirotant un cappuccino. Sauf qu’un événement imprévu vint foutre en l’air ce magnifique projet de soirée. Evénement causé par l’ennemi jurée d’une fille : sa vessie. Cette poche que tu dois vider toutes les demis heures et qui ont donné une réputation de pisseuses auprès des garçons. Enfin bref, là, la fourbe venait de sonné l’alerte. Pas le temps de trouver un café, Candice s’engouffra dans le premier bar qu’elle trouva. Un pub irlandais. Un pub avec un barman vraiment très laid….  
 
  
 
-         The pouder room please ? 
 
  
 
-         Turn left, the third door. 
 
  
 
Après ce très bref dialogue avec le barman vieux et moustachu, Candice galopa vers les toilettes. Sauf que au lieu de la troisième porte, elle pris la deuxième et tomba nez à nez avec des urinoirs  
 
 
 
*eh merde bon tant pis * 
 
  
 
Elle se jeta dans une cabine et soulagea enfin sa putain de vessie qu’elle maudissait. Elle poussa la porte de la cabine et aperçu un jeune homme de dos, l’air pas très frais. Il la remarqua et lui lança  
 
  
 
- Bonsoir 
 
  
 
Il était plutôt pas mal mais il semblait bien imbibé d’éthanol… Pas grave ça. Elle esquissa un sourire et se rendit au lavabo à côté du jeune homme et se lava les mains. Alors que l’eau glissait sur sa peau pâle, elle redessina un sourire et répondit au jeune homme 
 
- Bonsoir 


Back to top
Contenu Sponsorisé







PostPosted: Today at 23:29 (2019)    Post subject: Le temps d'un éther

Back to top
Display posts from previous:   

Post new topic   Reply to topic    Montmartre Campus: Ou la guerre des clans... Forum Index >>> Extérieur du Campus >>> Les rues des alentours >>> Pub : les 3 diablotins All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group

Thème réalisé par SGo