Montmartre Campus: Ou la guerre des clans... Forum Index
Montmartre Campus: Ou la guerre des clans...

 
FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 

 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Cours n°1
 
Previous topic .::. Next topic  
Post new topic   Reply to topic    Montmartre Campus: Ou la guerre des clans... Forum Index >>> Montmartre Campus >>> Les cours Obligatoires >>> EPS >>> EPS Terminale

Author Message
Mario Bartoliti
Professeurs


Offline

Joined: 25 Oct 2008
Posts: 4
Euro(s): 4
Moyenne de points: 1.00

PostPosted: Sun 26 Oct - 18:19 (2008)    Post subject: Cours n°1 Reply with quote

Cours n°1 TERMINAL 
 
 
Le temps était vraiment pourri. Il pleuvait des cordes et le ciel n’était qu’un épais amas de nuage grisâtre. Le tonnerre grondait très fort et l’air était d’une lourdeur suffocante. Sous son parapluie rose, Mario serpentait les rues parisiennes. Il était environ 7h30, il avait cours a 8h05 avec les terminales. Les terminales étaient réputées pour être la passerelle entre ado et adulte. N’étant plus ado ni encore adultes on leur avait trouvé un nom qui les qualifier parfaitement : les esclaves de leurs hormones. Les cours d’EPS de terminale ressemblaient plus à un club de rencontre qu’à un entrainement physique mais pas avec Mario. Avec Mario, c’était du sport du vrai, celui où on transpire, où on pue, où on montre ce qu’on a dans les bras et dans le ventre. Il ne ferait aucun cadeau aux esclaves de leurs hormones.  
 
 
Il regarda sa montre, 7h40, mon dieu il fallait qu’il se dépêche. Il accéléra le pas et arriva à 7h50 au lycée Montmartre. C’était son premier cours dans ce lycée mais il n’était pas très angoissé. Il arriva en salle des profs et ôta son manteau trench noir, révélant un haut de marin très moulant. Son pantalon de cuir était lui aussi très moulant. Il but très rapidement un café, absolument infect, et se précipita vers la porte de sortie. Il prit quand même le temps de faire un petit clin d’œil à un prof très sexy, prof d’anglais il lui semblait. Il arpenta les couloirs jusqu’à l’entrée du gymnase où il se changea dans son vestiaire. Il sorti dans la salle de sport, vêtu d’un jogging bleu turquoise satiné en velours. Il alla vers la petite table au fond du gymnase et y déposa ses affaires d’enseignant. Il y avait aussi un tableau noir à côté. Mario se saisi de la craie et écrivit grossièrement au tableau  
 
 
«  Renforcement musculaire » 
 
 
Il posa ses mains sur ses hanches et se tourna vers les portes de sorties des vestiaires des élèves, il les attendait et il valait mieux pour eux d’être à l’heure. 
 
Back to top
Publicité







PostPosted: Sun 26 Oct - 18:19 (2008)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Jason Wilson
Sportif


Offline

Joined: 22 Oct 2008
Posts: 8
Euro(s): 508
Moyenne de points: 63.50

PostPosted: Mon 27 Oct - 14:27 (2008)    Post subject: Cours n°1 Reply with quote

</Font>
La nuit avait été agitée, très agitée. Cette nuit, dans son inconscient, Jason avait surfé les plus belles vagues d’Hawaii sous un ciel azuré. Quel doux et merveilleux rêve que celui là. Jason se réveilla, le sourire aux lèvres, rayonnant de bonheur. Rayonnant de bonheur jusqu’à ce qu’il sente les draps mouillés se collé à sa peau. Eh oui, mouillés…Toute la flotte présente dans ses rêves avait stimulé son système urinaire et ainsi baptisé son lit. 
 
  
 
-          Bordel ! Me voilà bien maintenant ! 
 
  
 
Jason se leva, attrapa un boxer (car oui, Jason dort à poil), l’enfila et rassembla ses draps souillés. Qu’est ce qu’il allait bien pouvoir faire de ce joli colis de linge de lit bien crado, il n’en avait aucune idée mais il devait bien y avoir une buanderie à cette étage avec des draps propres. Si ce n’était pas le cas, il allait devoir trouver une fille dont il squattera le lit et les draps…. Mais les draps de cette fille ne seront pas plus propres le lendemain…. M’enfin passons les détails d’éventuel draps colonisés par d’éventuel « men in white » (si vous n’avez pas compris, c’est que votre esprit n’est pas assez mal tourné).  
 
  
 
Le jeune homme prit le paquet de draps et sorti de la chambre. Le sol des couloirs était gelé ce qui fit penser au jeune homme de s’acheter des pantoufles. Automatiquement son cerveau d’oublié du pacifique dériva sur des pantoufles avec des motifs de surfeur. Il s’arrêta donc pendant au moins 5 bonnes minutes, la bouche ouverte, le regard perdu dans le vague à fantasmer sur des pantoufles surfeurs…. Un bruit de porte qui claqua le tira de ses rêveries. Le bruit mais aussi l’odeur d’urine…. Il se remit donc en chasse de la buanderie. Il était sur le point de désespéré quand enfin, alors qu’il venait de tourné à un coin de couloir, une porte au fond de l’allée avec marqué « Buanderie ». Mon dieu, elle existe…. Il s’y précipita et pénétra à l’intérieur. La pièce était complètement noire. Jason parti a tâtons à la recherche d’un interrupteur. Il se niqua au moins 7 fois le petit orteil (toujours le même hein, sinon c’est pas drôle) avant de trouvé ce fourbe d’interrupteur. Le salaud était planqué derrière une serpillère, ce qui valu une peur bleu et un cri de terreur de tapette à Jason lorsque ses doigts touchèrent la matière plus que douteuse et plus que moisie des cheveux de la serpillère. Enfin, la lumière fut et le jeune homme pu découvrir la pièce où il se trouvait. Elle était assez étroite et de grands paniers à linge d’osier étaient disposés un peu partout. Il balança son chargement dans l’un deux et scruta la pièce à la recherche de linge propre. Il remarqua au fond, cachée une certaine pénombre, une petite armoire de bois foncé. Il l’ouvrit et une forte odeur de Lénor nuit étoilée en sortit. Légèrement sonné par cet afflux olfactif, il mit quelques secondes à reprendre ses esprits. Alléluia ! Du linge propre ! Après plusieurs farfouillages, Jason ressorti avec ce qu’il avait besoin et repartie tranquillement jusqu’à son chambre. Il entra dans sa chambre et posa son petit paquet de linge frais sur son matelas. Il tourna la tête vers son radio réveil. Une sueur froide coula le long de son dos. Il était sacrement en retard. Il avait cours dans 25 minutes et là il était encore en boxer dans sa chambre. Il fallait vraiment qu’il se magne le popotin. Il attrapa vite fait bien fait des vêtements et une serviette et fila en quatrième vitesse jusqu’aux douches. Là pareil, il se lava à une vitesse ahurissante. 7 minutes pour être lavé, habillé, vivell dopé. Il courrait dans les couloirs, faisant une halte à sa chambre pour prendre son sac de sport. Car oui, Jason avait EPS. Il aimait bien l’EPS, ça permettait pour lui de conserver son corps parfait et musclé. 
 
  
 
Après avoir dévalé les escaliers quatre à quatre, avoir foncé dans une bonne femme énorme en blouse blanche, il arriva enfin dans le réfectoire où il goba vite son bol de musli et son verre de jus d’agrumes. Il se précipita ensuite vers le gymnase. Pff, finalement il allait être à l’heure. Il poussa la porte des vestiaires des garçons et s’assis sur un des bancs qui longeaient les murs de la pièce. Une odeur de transpiration mélangé a du déodorant régnait dans ses lieux. Très ragoutant pour le matin…. Il enleva son t shirt à motif « vagues surfeuses » (comment ça a quoi ça ressemble ce motif ? je t’en pose des questions moi ?) révelant ainsi son corps d’athlete et des abdos en béton. Jason sortit de son sac son flacon de AXE et s’aspergea généreusement les aisselles et le torse. 
 
 Il enfila un t-shirt bleu marine Adidas et un bas de jogging assorti. Une dernière boucle au lacet de sa basket, et voilà il était prêt. Nickel chrome, comme d’hab. Il rentra dans la salle de sport et aperçu le prof dans une tenue que le jeune homme jugea de flashy. Celui-ci se tenait devant un tableau noir accroché au mur. Jason s’y rendit en trottinant, histoire de commencer à s’échauffer direct. A mi chemin, il pu lire l’inscription sur le tableau noir 
 
  
 
‘’ Renforcement musculaire ‘’ 
 
  
 
Génial ! Des abdos ! * 
 
  
 
Une fois devant le prof, il le salua et s’assis à terre, remarquant qu’il était le premier. Mais déjà d’autres élèves commençaient à afflué dans le gymnase. 


Back to top
Melvyn Grittersone
Rockeurs


Offline

Joined: 20 Sep 2008
Posts: 22
Localisation: Partout, et nulle part...
Euro(s): 8,388,607
Moyenne de points: 381,300.32

PostPosted: Tue 4 Nov - 22:31 (2008)    Post subject: Cours n°1 Reply with quote

MONTMARTRE CAMPUS. CHAMBRE DE MELVYN.7H30


Voila plus d’une demie heure que retentissait le réveil de Melvyn Grittersone, qui ne semblait pas sans soucier. Il continuait de dormir profondément malgré une sonnerie à faire trembler les murs de Jéricho. Le jeune homme rêvait de gloire, de richesse, de Clara Morgane aussi (mais ceci s’avère être une autre histoire que, pour une question de sensibilité, nous n’évoquerons pas.)
Ce n’était donc pas la sonnerie de son portable qui tira Melvyn hors de son lit, mais le bruit dans le couloir. Quelle mouche avait donc piquée les étudiants pour les forcer à se lever aussi tôt ? Le jeune homme s’assit alors sur son lit en se frottant les yeux pour tenter de se réveiller. Tandis qu’il ébouriffait sa chevelure noisette, comme pour chasser les restes de ce sommeil profond, il se leva d’un pas hésitant. D’une démarche légèrement titubante, l’aristocrate Ecossais se dirigea vers la porte qu’il ouvrit (Après plusieurs essais, il fallait bien l’avouer. Car oui, les poignées sont dures à trouver du premier coup, mais passons...)
Les étudiants marchaient tous d’un pas plus ou moins pressé dans les corridors de l’internat.
Tous affublés de leur sac de cours. Tous entre l’air éveillé et tendu et l’air «j’ai la tête dans le chou-fleur». Tous le nez dans des cours plus qu’inintéressant qu’ils auraient du savoir pour aujourd’hui. Lorsque certains d’entre eux passaient devant Melvyn, ils ne pouvaient s’empêcher de retenir des petits sourires, ou de gêne sou de plaisir... Qu’est ce qui pouvait bien les faire régir de la sorte ?
La réponse apparue d’elle-même, flagrante, évidente même. Grittersone avait fait une apparition dans le couloir, vêtu d’un simple boxer rouge vif plus que moulant. D’abord gêné, puis ensuite flatté de se sentir objet de convoitise, il fût tiré de son narcissisme par l’horloge de la basilique qui sonnait. Mais... quelle heure était-il ? Et si...
Le jeune étudiant fonça vers sa table de chevet. Un doute terrible venait de l’assaillir...
Il empoigna fermement son nouveau I-phone pour consulter l’heure...
« Et là, c’est el drame »... Sept heures trente-cinq. Mais nom d’un chien, pourquoi avait il pioncé jusqu’à cette heure ci ? Dans moins d’une demi-heure, il devait être en cours de...sport. Fantastique, le gymnase se trouvant à l’autre bout de la propriété. Un choix crucial s’imposait. Il n’aurait pas le temps de déjeuner et de prendre une douche. Il devait supprimer un des deux éléments. Bof, il se laverait après le sport. Rapidement, il fit son lit, ouvrit ses rideaux, aéra la pièce pour chasser cette ambiance encore marquée par un sommeil de plomb. Il déposa sur son bureau ses affaires de la journée, puis sorti sa tenue de sport avant de filler vers la salle de bains pour tout de même se préparer. Car oui, même durant un cours de sport, l’on se doit d’être l’incarnation de la beauté masculine, surtout lorsque l’on s’appelle Melvyn Grittersone...


MONTMARTRE CAMPUS. SALLE DE BAIN. 7H45.


Melvyn avait accomplit un acte digne des X-men et de la ligue des super-héros réunis. EN seulement quinze petites minutes, il avait réussi à courir a la cafétéria, a trouver de quoi se nourrir (à savoir une tasse de café et un biscuit), puis à revenir dans les salles d’eau au pas de course pour s’y laver. A présent, il sortait d’une délectable, bien que trop courte, douche. Dégoulinant d’eau, il se dirigea vers le miroir pour commencer à s’y préparer. Après une bataille acharnée, il s’admira. En si peu de temps, le résultat était plus que convainquant. Il s’admira encore une fois avant de récapituler les démarches à suivre pour être au top :


1. Lavé.
2. Coiffé.
3. Parfumé.
4. Axisé.
5. Air charmeurisé.
(...)


Aucun doute, il était au point. Peut-être même plus qu’au point. Comment ? Lui ? Narcissique ? Bien sûr que non... Taratata, Melvyn est juste très imbu de sa noble personne. Et, entre nous, lorsqu’on à la chance d’avoir ce physique de Dieu Grec qui est le sien, on en peut que se transformer en un Narcisse des plus admiratifs de sa propre image.
Décidant enfin de s’habiller, Melvyn sauta dans un slim noire, enfila un T-shirt rouge si moulant que l’on voyait ses abdominaux d’Hercule se dessinaient sur le tissus écarlate. Un gros ceinturon et des converses en cuir sombre vinrent compléter la tenue déjà sublime de l’étudiant. Il consulta sa montre, il lui restait environ cinq petites minutes. C’était faisable. Il sorti donc d’un pas tranquille de l’internat pour se diriger vers le gymnase. Il songea alors au nouveau professeur qu’il allait avoir. Apparemment, selon les bruits de couloirs, il s’agirait d’un homme tyrannique, homosexuel et sapé comme un clown. Melvyn appréhendait un petit peu la rencontre avec un tel personnage. Mais, vu son charme fou, peut être que grâce à un de ses légendaires sourire, il se mettrait le prof à la bonne. C’est sur ses pensées qu’il entra dans le gymnase. Avant d’entrer dans les vestiaires pour enfiler sa tenue de sport, Grittersone voulut voir ce fameux Bartoliti (car oui, il s’appelait comme ça. On a tous nos faiblesses hein.). Visiblement, il devait être lui aussi en train de se préparer.
Il entra dans les vestiaires pour s’y changer. Il commença par retirer son piercing à l’arcade sourcilière, ôta son T-shirt, se défit de son slim et quitta ses converses. Il passa rapidement un débardeur vert anis qui suivait les courbes musclé de son torse et mettait en valeur la carrure de ses épaules. Tout en fermant le dernier bouton de son pant-court noir et en lassant les lacets de ses tennis sombre, Melvyn se leva du banc pour retourner dans la salle.


Le professeur se trouvait devant son tableau. La première pensée du jeune homme lorsqu’il l’aperçut fût « Oulah ». En effet, ce dernier portait un survêtement couleur Schtroumpf. Aussi mignon soit-il, cela ne suffisait pas à compenser l’horreur de la tenue. Derrière lui, écrit à la craie, le programme de la séance.


Renforcement musculaire


Mouais... Cela ne dérangeait pas spécialement notre étudiant, il avait l’habitude de tout ce qui pouvait être pompe ou travail sur les abdos. Il passa alors près de son nouveau bourreau puis, après lui avoir adressé un sourire charmeur en guise de salut, s’assit sur le sol. Il constata qu’un autre jeune homme se trouvait ici. Mais déjà de nouveaux élèves entraient.


Back to top
Mario Bartoliti
Professeurs


Offline

Joined: 25 Oct 2008
Posts: 4
Euro(s): 4
Moyenne de points: 1.00

PostPosted: Sat 27 Dec - 13:54 (2008)    Post subject: Cours n°1 Reply with quote

Malgré l’heure peu avancé, 8h10, le gymnase était déjà un véritable sauna. L’air était chaud voir bouillant, pesant. Au bout de trois pas dans le gymnase, la chaleur ardente nous tomber sur la nuque violement, imposant son poids sur nos cervicales. Le responsable de cette fournaise : Nelson le vieux chargé de l’entretien. Mario pestait intérieurement à ce moment même contre ce vieux schnoque pas capable de garder une température ambiante.
Une goute de sueur perla sur le sommet du crâne du prof d’EPS et coula le long de sa tempe, laissant derrière elle un filé humide parfaitement tracé. Elle n’était pas la seule. De toutes parcelles de peaux s’échapper ce fluide au fumée si délicat dirons nous. Mario était en nage, le tissu turquoise de son habit venait se collait contre sa peau mouillée et lui donnait encore plus chaud. La colère et l’impatience venaient elles aussi apporter les flux de chaleur. En effet, seul deux élèves étaient arrivés. Un blondinet pas trop mal à la chevelure soyeuse et flamboyante et Melvyn Grittersone, un avortant insolent et lâche mais particulièrement bien foutu. Ces deux jeunes mâles apportaient quand a eux une touche de torride chez le professeur. Mais à part ces deux éphèbes, il n’y avait aucun autre élève. Où était le reste du troupeau ? Dans les vestiaires ? Mais qu’y faisaient-ils ? L’esprit mal tourné de Mario et la chaleur régnante le poussa à avoir une pensée douteuse d’élèves du sexe masculins se shampooinant mutuellement dans les douches des vestiaires… (Promis, je ne suis pas bourrée). Cette idée émoustilla un peu plus l’italien qui se tourna rapidement vers les deux élèves avant de s’élancer vers les vestiaires des hommes.

-Je vais voir où sont les autres, je suis à vous dans quelques secondes

Il traversa la salle en petite foulée et s’arrêta net devant la porte des vestiaires avant de donner un violent coup dedans pour l’ouvrir. Vide…Mario fulminait. Il se plaindra à l’administration, demanderai des sanctions exemplaires, leurs fera faire des pompes jusqu’à épuisement ! Mais pas maintenant, là il avait deux jeunes garçons pour s’occuper…. Il respira profondément et se calma. Il dézippa rapidement sa veste et la lança sur une chaise non loin de là, dévoilant ainsi un torse parfaitement musclé ruisselant de sueur. Car oui, il avait oublié de mettre un t-shirt. Il se dirigea alors vers les deux seuls élèves, un petit sourire dangereux brillant au coin des lèvres

- Bien, à nous trois à présent… Présentez vous !
Back to top
Contenu Sponsorisé







PostPosted: Today at 00:38 (2019)    Post subject: Cours n°1

Back to top
Display posts from previous:   

Post new topic   Reply to topic    Montmartre Campus: Ou la guerre des clans... Forum Index >>> Montmartre Campus >>> Les cours Obligatoires >>> EPS >>> EPS Terminale All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group

Thème réalisé par SGo